reins-urineQuelle journée passe-t-on sans prescrire et se poser la question de l’innocuité de notre geste ? L’insuffisance rénale chronique (IRC) prend une part croissante dans l’activité médicale suite à une augmentation importante de sa prévalence entre autre au-dessus de 65 ans. Également, la pharmacopée s’élargit et sa gestion devient de plus en plus complexe.

Savoir comment prescrire chez l’insuffisant rénal chronique nécessite certains rappels généraux, avant d’ensuite discuter plus spécifiquement de certaines molécules parmi les plus couramment prescrites en médecine générale. Des notions de pharmacologie permettent de rester vigilant par rapport aux nouvelles médications, leur emploi, leurs effets secondaires at- tendus ou inattendus.

 L’étude de la pharmacologie clinique commence par celle des mécanismes qui influencent la pharmacocinétique et la pharmacodynamie des médica- ments. La fonction rénale constitue un facteur majeur à cet égard pour de très nombreuses médications. La créatinine plasmatique, déchet du métabolisme musculaire, sert à la mesure de la fonction rénale. Celle-ci est exprimée par la clearance de la créatinine , taux d’épuration de volume sanguin en ml/min et est approchée par divers formules dont la MDRD2. Le piège le plus important des formules pour l’estimation de la est représenté par les variations importantes de masse musculaire (vieillard, comorbidité importante, sujet sportif, obèse…).

Capture d'écran 2015-11-11 12.17.57

La suite sur : http://www.ssmg.be/images/ssmg/files/RMG/310/RMG310_06-12.pdf

Dr Guillen Anaya MA

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here